• VACANCES D'HIVER

     

    Atelier pour enfants
    "Moule, Démoule, Décore ta lampe à huile"

    Vendredi 23 février
    de 14h30 à 16h et de 16h30 à 18h

    MuséAl, Alba-la-Romaine
    04 75 52 45 15 - museal@ardeche.fr

    (à partir de 4 ans)
     
     

    Atelier pour enfants

    Vendredi 23 février à 14h30

    Centre d'Information EDF de Cruas-Meysse
    04 75 49 30 46 - cruas-com-visites@edf.fr

    (Sur inscription - à partir de 6 ans)
     
    EXPOSITIONS





    Exposition Prolongée
    L'Obscurité de l'oubli, La Lumière des balles
    Marcos Avila Forero

    Jusqu'au 31 mars

    La Fabrique de l'Image, Meysse
    09 81 20 46 88 - 04 63 25 17 95
     
     
    Exposition
    "Etrangers et réfugiés en Ardèche pendant la guerre" (1939-1945)
    Jusqu'au 31 août

    Vernissage
    Vendredi 2 mars à 18h
     
    Musée de la Résistance et de la Déportation en Ardèche, Le Teil
    04 75 92 25 61
    - contact@ardeche-resistance-deportation.fr
    CULTURE
     
    CONCERTS
    SORTIES & LOISIRS


    3ème Hivernales du Théâtre Amateur
    organisées par Les Pièces Montées

    Vendredi 23, Samedi 24 et Dimanche 25 février
    Le Teil

    06 70 36 78 68 - www.lespiecesmontees.com

    (programme disponible en cliquant sur l'image)
     
     
    BILLETERIE







    Dans vos offices de tourisme du Teil et de Cruas
     
    BIENTÔT
     
    Au plaisir de vous accueillir bientôt !

    Agenda des manifestations Janvier-Février


    votre commentaire
  • Jeux de société & Plan Local d’Urbanisme

    Jeux de société & Plan Local d’Urbanisme

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Février 2018


    1 commentaire
  • Une étude portant sur 105.000 personnes pendant huit ans pointe du doigt les aliments « ultra-transformés ».

    Bonbons, pizza surgelée, sauce ketchup, soda… Depuis les années 1980, les produits de l’industrie agroalimentaire inondent les rayons de nos supermarchés. Une avalanche d’aliments trop salés, trop gras et trop sucrés suspectés aujourd’hui de favoriser le développement des cancers. Dans le Bristish Medical Journal (BMJ), des chercheurs français suggèrent pour la première fois un lien entre la consommation de ces produits ultra-transformés et l’apparition de tumeurs cancéreuses.

    Le concept nutritionnel d’«aliment ultra-transformé», apparu en 2009, désigne les aliments, produits par les industriels, contenant des additifs alimentaires (édulcorants, colorants, conservateurs…). «Ces denrées sont plus hyperglycémiantes et caloriques que les autres, mais aussi moins rassasiantes», décrit le Dr Anthony Fardet, chercheur au sein de l’unité de nutrition humaine de l’Institut national de recherche agronomique (Inra), qui n’a pas participé à l’article du BMJ. «Des propriétés qui font le lit du diabète, de l’obésité ou encore de la stéatose hépatique (surnommée “la maladie du foie gras”, NDLR).»

    Une augmentation de 10 % de la portion d’aliments ultra-transformés (charcuterie, barres chocolatées…) dans le régime alimentaire est associée à une hausse de 12 % des risques de développer un cancer

    S’agissant du cancer, la littérature scientifique montre chez l’animal que ces aliments industriels ont des effets cancérogènes. Pour étudier l’impact chez l’homme, l’Équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle (Eren), en partenariat avec l’Inserm et l’Inra, a analysé dans l’article scientifique, les habitudes alimentaires de 105.000 volontaires de la cohorte NutriNet-Santé, âgés en moyenne de 42 ans, dont 78 % de femmes. Au cours des huit ans de suivi, plus de 2200 cas de cancers ont été diagnostiqués, dont 739 cas de cancer du sein et 281 du cancer de la prostate.

    Il ressort qu’une augmentation de 10 % de la portion d’aliments ultra-transformés (charcuterie, barres chocolatées, soupes…) dans le régime alimentaire est associée à une hausse de 12 % des risques de développer un cancer, et en particulier un cancer du sein. «Une tendance similaire est observée pour le cancer colorectal. Néanmoins, en raison du faible nombre de cas dans notre cohorte, nos résultats ne sont pas significatifs pour ce cancer», précise Bernard Srour, chercheur au sein de l’Eren. À l’inverse, les participants qui consomment davantage de produits bruts par rapport aux aliments ultra-transformés ont un risque de cancer réduit de 9 %.

    Pour cerner uniquement le rôle de l’alimentation ultra-transformée, les chercheurs ont pris en compte le niveau d’étude, la consommation de tabac et d’alcool des volontaires ainsi que leur niveau d’activité physique. Ils soulignent que la cohorte est majoritairement féminine et a un niveau socio-économique élevé. «Or on sait que ces profils se préoccupent plus de leur alimentation. De ce fait, on peut imaginer que dans la population générale, la consommation de ces produits industriels est plus élevée et que le risque de cancer est lui aussi plus important», relève le Dr Fardet.

    «J’ai la conviction profonde que nous avons suffisamment de preuves pour mettre en garde la population des risques de ces aliments et appliquer le principe de précaution»

    Anthony Fardet , auteur de «Halte aux aliments ultra-transformés ! Mangeons vrai»

    D’après les chercheurs, la moins bonne qualité nutritionnelle de ces aliments n’est pas le seul facteur impliqué dans cette relation. «Il se peut que les additifs alimentaires, les produits néoformés à la cuisson ou même les substances contenues dans les emballages, comme le bisphénol A, interviennent dans le processus», indique Bernard Srour. Son équipe va d’ailleurs évaluer l’impact des additifs alimentaires lors d’une prochaine d’étude. Ces substances ont, en effet, été mises en cause à plusieurs reprises ces derniers mois: les nitrites dans le jambon ou le dioxyde de titane, sous forme de nanoparticules, présent dans les biscuits. Ces produits ultra-transformés favoriseraient l’apparition de lésions cancéreuses chez l’animal.

    En attendant que le coupable soit désigné, Anthony Fardet estime que ces travaux jettent un pavé dans la mare. «J’ai la conviction profonde que nous avons suffisamment de preuves pour mettre en garde la population des risques de ces aliments et appliquer le principe de précaution», affirme l’auteur de Halte aux aliments ultra-transformés! Mangeons vrai (Éditions Thierry Souccar). Selon l’étude NutriNet-Santé, près de 36 % des calories ingérées par les Français sont issues d’aliments produits par l’industrie agroalimentaire. «C’est énorme. Il ne faut pas qu’ils deviennent la base de l’alimentation. Ils ne devraient représenter qu’à peine 15 %, soit 2 portions par jour», ajoute ce spécialiste, qui précise que manger du pop-corn au cinéma ou un paquet de chips un soir est sans danger.

    Pour les auteurs, ces travaux rejoignent les recommandations du Programme national nutrition santé (PNNS). Actualisé il y a peu, il recommande de privilégier les aliments peu raffinés (riz complet ou semi-complet par exemple) et de limiter la consommation de produits ultra-transformés.


    1 commentaire
  • Piscine municipale 

    cinéma


    votre commentaire
  • Lecture


    votre commentaire
  • Printemps des poètes


    votre commentaire
  • Concert


    votre commentaire
  •  

    28 février à 15:00 - 18:00 à  CruasConte 28 février à 15:00 - 18:00 à  Cruas

     

    C’est le jour des crêpes, beignets, bugnes etc…

    Demain sera le jour des cendres et le début du carême

    qui dure 40 jours et se terminera à Pâques.


    votre commentaire
  • Mardi 13 Février : MARDI GRAS - PERIODE DU CARNAVAL

    Cette année le jour de Mardi gras est fixé au mardi 13 février 2018.
    Mardi gras est une période festive chrétienne qui marque la fin de la « semaine des sept jours gras » autrefois appelés jours charnels.
    Cette période pendant laquelle on festoyait précède le mercredi des Cendres (le 1er Mars cette année), marquant le début des 40 jours de Carême.

    De nombreux carnavals ont lieu le Mardi gras ou la période le précédant.
    Le carnaval est une période joyeuse et libre où les règles de vie normales sont suspendues et où chacun fait un peu comme il lui plaît : on se déguise, on mange tout ce qu'on veut et l'on sort chanter dans les rues.

    Mardi gras est aussi le jour où l'on mange les fameux "beignets de carnaval".
    Il est aussi populaire aujourd'hui pour les enfants de se déguiser et aller demander aux voisins dans les villages des œufs, du sucre ou de la farine pour faire des gâteaux ou des crêpes qu'ils peuvent manger en fin d'après-midi.

    Le saviez vous ?

    • En 2017, la date de Mardi Gras était le 28 Février. En 2019, ce sera le 5 Mars.
    • Dans Carnaval il y a Carne qui signifie la chair, la viande. En Italien "carnelevare" signifie "sans viande".
      Avant l'apparition de ce mot, la veille du Carême était appelée "Carême Prenant".
    • Dans des temps plus anciens, on offrait à cette période des cadeaux : porte-bonheur, miel, gâteaux, et même de l'or.
      On décorait aussi les maisons avec du lierre, des branches de houx et de gui et tout travail, à part celui de la cuisinière et du banquier, était interdit.

    Dictons et citations du jour

    • "Au Mardi gras, l'hiver s'en va."
    • "Le jour de Mardi gras si les noyers sont mouillés y'aura des noix." (Charente)
    • "Lune quand tu la verras nouvelle le Mardi gras force tonnerre tu entendras." (Aveyron)
    • "Un jour par an, le Mardi gras par exemple, les hommes devraient retirer leur masque des autres jours." (Aveline)

      Mardi 13 Février : MARDI GRAS - PERIODE DU CARNAVAL


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires